Revenir au site

Rentrée des entrepreneurs : comment les startups ont préparé la reprise !

· Startups,Startup Life,Témoignage

Après le lockdown et le passage au nouveau normal, nous avons pris des nouvelles des entrepreneurs ! Eux qui ont la réputation de ne pas partir en vacances, comment ont-il vécu cet été particulier et préparé la reprise ? Clémence Demerliac (Adalong), Delphine Monti (Finwedge), Laurent Drege (La Brasserie Parallèle), Benoit Vilcot, (Capitole Energie), Adrien Montoille et Aurélien Calonne (Magel.io) et Jean-Yves Ingea (Heropolis) nous parlent de leur été !

Couper ou ne pas couper : à quoi ressemble vraiment un été d'entrepreneur ?

Connaissez-vous le mythe de l'entrepreneur qui n'est jamais parti en vacances ? "Il est très difficile pour un entrepreneur de couper complètement. Les congés sont courts et chaque jour un temps de travail est conservé pour suivre le business, lancer des nouveaux projets ou répondre aux sollicitations des salariés. On passe beaucoup de temps à vérifier la batterie de son téléphone. Entre le maillot de bain et la bouée canard se trouve toujours un ordinateur prêt à se connecter." Adrien Montoille fondateur de Magel.io

Et en plus dans le contexte actuel, l'été a été déterminant : "Même si je ne m’arrête jamais vraiment, cela a été encore plus difficile. Le Covid a été l’occasion de repenser notre manière de travailler, ajuster notre discours, revoir nos priorités et celles de nos clients." Clémence de Merliac, fondatrice d'Adalong

Heureusement on peut temporiser le phénomène. "Que les résultats soient bons ou mauvais, la santé ne doit pas être négligée pour maintenir le cap et revenir plus fort. Sous cette pression du mythe de l’entrepreneuriat, je ne négligerai jamais ma vie de famille au détriment du travail. Je m’efforce de m’organiser afin de toujours être performant au travail et maintenir les bénéfices de ma vie privée." Benoit Vilcot, fondateur de Capitole Energie

Et pour les entrepreneurs qui se lancent ? "Pour moi c’était le premier été dans la peau d’entrepreneur et il a été très studieux. La Brasserie Parallèle est à son premier tournant majeur en terme de taille et d’ambition. A la rentrée on passe d’un outil de production qui permettait de livrer notre produit à une quinzaine de clients, à une brasserie capable de livrer toutes les plus grandes villes de France. On a donc fait les travaux dans notre nouveau local, le déménagement de la brasserie, et on prépare les salons de la rentrée pour se faire connaître et trouver des solutions de financement. Je me suis tout de même accordé une semaine de vacances pour souffler et me ressourcer avec ma famille et mes amis. Je m’étais dit "cette semaine pas d’ordi, pas de travail" et j'ai presque tenu en l'ouvrant raisonnablement. L’été était intense mais ce n’est rien par rapport à la rentrée qui nous attend !" Laurent Drege, fondateur de La Brasserie Parallèle

Rentrée signifie nouveaux objectifs !

Et ils sont nombreux pour tous. "Notre objectif de la rentrée est avant tout de structurer ! Au niveau des process commerciaux, des Ressources Humaines, du Customer Success Management, et l’organisation du travail en général. Bref être plus efficace et gagner en puissance. Nous avons également la volonté de développer notre portefeuille clients, de les accompagner davantage, de diversifier nos cibles, et enfin de partager notre expertise sur la stratégie de contenu et les réseaux sociaux avec nos clients. Et bien sûr en plus de tous ces nouveaux objectifs, j’aimerais rentrer plus tôt le soir :)" Clémence de Merliac (Adalong).

"Nous avons défini 2 axes clairs : finaliser notre première levée de fonds, avec un plan qui change la donne dès 2021, et multiplier les déploiements sur plusieurs nouveaux clients d’importance, avec notre version de cet été orientée personnalisation de services." Jean-Yves Ingea, fondateur d'Heropolis

"Nos nouveaux objectifs pour la rentrée sont d'améliorer la conquête de nouveaux clients et le service rendus à ceux-ci. Magel.io est une jeune société, et nos premiers clients sont d'autant plus importants que nous comptons sur eux pour être prescripteurs ! Nous avons beaucoup travaillé sur la plateforme et le produit durant ces dernières semaines, aussi il nous tarde de pouvoir présenter les améliorations et les nouvelles fonctionnalités." Aurélien Calonne, fondateur de Magel.io

On peut parler d'objectifs, ou alors d'organisation. "A vrai dire, il n'y a pas vraiment de nouveaux objectifs en terme de stratégie de développement produit puisqu'elle est définie sur une période de 12 mois minimum. Mais une projection plus claire en terme d'organisation des tâches/opérations et de partages des expériences avec les nouveaux collaborateurs/trices intégrés en septembre. Nous mettons une attention particulière sur la capitalisation des connaissances développées dans nos activités respectives (développement, UX/UI, marketing opérationnel et business) qui est garante de notre efficacité de réactivité au fil des différents sprints." Delphine Monti, fondatrice de Finwedge

En découle la première ligne de la to-do de rentrée

"L'ensemble des opérations techniques et business qui doivent être accomplies pour un lancement effectif de la V1 de notre plateforme le 22 septembre prochain, et la mise en place d'un ensemble d'initiatives de growth hacking pour coller au plus prêt aux user cases qui nous sont remontés au fil de l'eau." Delphine Monti (Finwedge)

"Réorganiser les dossiers internes et organiser le séminaire de rentrée. Cette période de l’année est propice au rangement et à la mise en place des directives du début d’année." Benoit Vilcot (Capitole Energie)

"En tout premier c’est de lancer notre campagne de financement participatif. Elle doit démarrer dans quelques jours et les enjeux de cette campagne recouvre nos 3 gros objectifs. Financer une partie des investissements de notre nouvelle Brasserie, commencer à créer le bouche à oreille auprès des professionnels du bio et commencer à créer une communauté et donc la notoriété de notre marque." Laurent Drege (La Brasserie Parallèle)

"En tant que CEO mais aussi responsable du développement commercial, je vais retrouver mes chiffres de prise de rendez-vous, après un léger décrochage pendant le confinement. Mais je suis déjà confiant sur septembre qui est déjà dans les clous." Jean-Yves Ingea (Heropolis)

"Bien sûr, il faut qu'on revoit notre deck. Bien sûr, il faut qu'on améliore nos pitchs. Bien sûr, il faut qu'on trouve les perles rares qu'il manque à notre équipe. Mais avant tout ça, nous allons fêter nos retrouvailles après ces mois de confinement, de télétravail, de vacances... Donc en tête, les retrouvailles, et ensuite tout le monde en place et on accélère." Adrien Montoille (Magel.io)

Et enfin, pour tout le monde : "Faire plus de sport et plus souvent !" Clémence de Merliac (Adalong)

Les souhaits de chacun pour 2021

"J’aimerais continuer à innover et améliorer toujours plus notre produit pour anticiper les besoins de nos clients et les tendances. Je souhaite également aller plus loin avec nos clients dans l’évangélisation des usages du marketing User Generated Content et les amener vers une approche de diffusion omnicanale. Enfin, j’ai toujours la volonté de développer les talents au sein de notre équipe." Clémence de Merliac (Adalong)

"Je souhaite maintenir et assurer du mieux possible la viabilité financière de l’entreprise. Maintenir la progression du CA et du résultat net. La satisfaction du personnel est un objectif important qui passera par la réussite commerciale mais aussi par l’image satisfaisante que les salariés pourront avoir de la société dans son ensemble." Benoit Vilcot (Capitole Energie)

"Pour 2021 je souhaite bien sûr que la situation économique mondiale se stabilise. Et comme Magel.io est une plateforme dédiée pour les données liées au commerce international, si nous pouvions retrouver l'autorisation de voyager, nous verrions d'un bon oeil la réouverture des frontières pour qu'en plus des marchandises, les hommes puissent aller dans différents pays, se rencontrer, se voir, se connaitre, et commercer !" Aurélien Calonne (Magel.io)

"Au-delà de la crise sanitaire, mon souhait est assez simple : que 2021 ne soit pas 2020. Dit plus positivement, que les grandes tendances du manger et boire mieux, consommer plus responsable restent de mise. Que d’autres initiatives comme la nôtre promouvant des solutions plaisir et santé voient le jour car je crois beaucoup en un certain hédonisme raisonné et responsable pour le futur." Laurent Drege (La Brasserie Parallèle)

"Nous souhaitons trouver le(s) venture capital(aux) qui vont comprendre les potentiels de nos objectifs en terme d'innovation de marché, partager notre ambition et la supporter en nous faisant confiance au fil des années dans le cadre de notre première levée de fonds significative et des follow-on successifs que nous souhaitons réaliser."

Delphine Monti (Finwedge)

"2021 doit être l’année de notre scaling. Nous avons validé notre approche et notre produit a aujourd’hui la maturité nécessaire. Quand cet été sur le Tour de France un utilisateur me dit "votre application change ma façon de travailler, tout le monde devrait l’avoir", c’est le bon signal. Le signal pour un entrepreneur pour renforcer son équipe et multiplier ses ventes." Jean-Yves Ingea (Heropolis)

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK